Accueil

Dites-le comme vous voulez, mais dites-le.

Aidez vos proches à faire valoir votre volonté d’être donneur d’organes au moment de votre décès.

play

Pourquoi en parler ?

C'est au moment du décès que l’équipe médicale consulte les proches sur la possibilité d'un don d'organes et de tissus. C'est un moment difficile compte tenu de la perte subite d’un être cher. Lorsqu'elles ignorent la volonté de la personne, certaines familles sont portées à refuser le don. Inscrire vos volontés dans un des registres officiels garantit légalement votre statut de donneur et surtout rend les choses claires de manière durable dans le temps. Prévenir votre famille de vos intentions facilite la collaboration avec les médecins dans un moment critique et aide les membres de votre famille, car elle s’appuie sur des volontés que vous leur avez partagées. Parce que le processus de don et de prélèvement doit se faire rapidement, chaque minute est importante.

Qui peut donner ?

Tout le monde, peu importe l'âge, le sexe, l’origine ethnique ou l'orientation sexuelle. Seule la qualité des organes et des tissus est déterminante. Au moment du don, des évaluations approfondies sont réalisées pour assurer des organes de qualité aux receveurs. L’âge n’est pas en soi un facteur. Au Québec, le donneur d’organes le plus âgé avait 92 ans et le plus jeune avait 48 heures. L’âge moyen des donneurs se situe autour de 52 ans.

L'importance du don

Donner, c'est prolonger la vie. Malgré la situation difficile, la très grande majorité des familles qui ont consenti au don d'organes affirment que ce geste leur a procuré du réconfort. Le don d'organes est un geste de solidarité humaine et sociale. Le don d’organes est un geste d’une grande générosité. Plus de 800 personnes attendent ce don précieux. Pour plusieurs, leur vie en dépend. Le don d'organes peut adoucir le deuil, en permettant à la vie de se poursuivre d'une autre manière... Et c’est peut-être un de nos proches qui est en attente d’un organe.

Le don d'organes en bref

  • Un seul donneur peut sauver 8 vies et aider 20 personnes grâce au don de tissus. Seulement 1,4 % des personnes qui décèdent à l'hôpital sont susceptibles de devenir des donneurs d’organes, soit un maximum de 450 personnes si toutes les conditions sont réunies à chaque fois.
  • 92% des Québécois sont favorables au don d’organes.
  • Plus de 800 personnes attendaient un don d’organes au Québec en début 2019.
  • Au Québec, ce sont 500 personnes de tout âge en moyenne qui bénéficient d’une transplantation d’organes par année.
  • Prévenir vos proches de vos intentions facilite grandement le processus de don au moment venu.
  • Les organes qui peuvent être transplantés sont : le cœur, les 2 poumons, le foie (qui peut être divisé en 2), les 2 reins, le pancréas, le visage...
  • Les tissus peuvent être : des cornées, des valves cardiaques, de la peau, des os, des tendons...
  • Le ruban vert est le symbole international du don d’organes et de tissus.

 

Transplant Québec est l’organisme qui coordonne le don d’organes pour le Québec.

Il existe trois formes d'expression du consentement au don d'organes et de tissus:

  • L’inscription au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).
  • L’inscription au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Chambre des notaires du Québec.
  • La signature de l’autocollant au dos de la carte d’assurance maladie.

Transplant Québec rappelle que l’inscription dans un des registres constitue la meilleure manière de confirmer son consentement. Cette inscription dans un registre est durable dans le temps, n’a pas besoin d’être renouvelée et est accessible au moment opportun par le personnel autorisé.

Pour plus de détails sur la façon de consentir au don d’organes, visitez www.signezdon.gouv.qc.ca

Pour en savoir davantage sur les mythes et les réalités entourant le don d’organes, visitez le www.transplantquebec.ca

De plus, en toutes circonstances, il est important de faire connaître sa volonté à ses proches. Dites-le comme vous voulez, mais dites-le.